[fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Azerty Uiop¨ le Dim 12 Sep - 1:14

Je reposte ma fic, avec l'ancien et les nouveaux chapitres...

Prologue.
Luke était un garçon de nature curieuse. Aussi, quand il avait entendu parler du mime Max, qui faisait des voyages dans son propre imaginaire, il fut aussitôt tenté d’en faire autant.
Le mime Max était un mime d’un nouveau genre, un mime parlant. Il pourrait sembler illogique de faire parler un mime, mais comme Max le disait lui-même : « on a bien donné la parole au cinéma ; pourquoi ne pas la donner aux mimes ? ». Et il n’y avait rien à redire. Ce mime était donc spécialisé dans les voyages dans l’imaginaire : il faisait des traversées du désert imaginaires. Mais Luke ne voulait pas traverser des déserts, aussi imaginaires soient-ils : « les déserts, c’est trop chaud, c’est trop répétitif, c’est trop fatiguant, c’est trop sablonneux... et de toute façon, je n’aime pas ça. ». Il ne savait pas exactement pourquoi il détestait à ce point les déserts ; mais en tout cas, il refusait d’y faire son voyage imaginaire.
En fait, il avait décidé de faire son voyage au bord d’une petite rivière au débit plutôt rapide, tortueuse et entourée d’herbe et d’arbres. Pour cela, il dut la créer dans son imaginaire : creuser la rivière, la remplir, planter les arbres, faire pousser l’herbe. Il s’occupa de tous les détails, comme placer dans l’eau des poissons réels et qui y seraient à l’aise, ou encore régler le climat correspondant à ce genre de paysages ; il avait même réglé le chant des oiseaux. Tant qu’à faire un voyage illogique, autant rendre son décor le plus logique possible, pensait-il.
Quand sa petite rivière imaginaire fut créée, il lui donna un nom : « La Petite Zratye ». Puis il songea qu’il ne s’était pas donné tout ce mal pour rien : il voulu que d’autres profitent de sa belle rivière, et il décida d’inviter Flora à faire le voyage avec lui.

avatar
Azerty Uiop¨
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !

Messages : 1111
Date d'inscription : 29/08/2010
Age : 21
Localisation : Supercalifragilisticexpialidocious!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Azerty Uiop¨ le Dim 12 Sep - 1:15

Chapitre 1 : le départ

Luke jeta un regard sur son assiette et poussa un soupir de résignation. Sa part de focaccia (si on pouvait appeler ça une focaccia), qui ressemblait plutôt à un gros morceau de charbon, gisait dans son assiette en compagnie de quelques feuilles de salade sans vinaigrette.
La recette du plat venait d’un livre intitulé : « 24 recettes inratables pour cuisiner à l’italienne ». C’était le mot « inratables » qui avait convaincu Luke d’acheter le livre à Flora. Mais pour Flora, rien n’était inratable.
Pourtant ce jour-là, Luke avait des raisons de faire plaisir à Flora. Aussi, alors que même Layton peinait à finir sa part, Luke se resservit et réussit même à marmonner un « c’est très bon, Flora » du bout des dents.
Après le pénible repas, Layton partit faire un thé d’une recette dont il avait entendu parler, pauvre en théine, et donc idéale à boire avant d’aller dormir. Ce thé au Treflebay n’avait pas beaucoup de gout, mais il était agréable à boire après le plat de Flora. La théière fut très vite vidée, car tout le monde se resservit. Peu après, Flora se leva et déclara qu’elle était épuisée, et qu’elle allait dormir. Aussitôt, Luke se leva à son tour en prétendant la même chose : pourtant il n’avait pas l’air épuisé du tout. Le professeur décida de s’attarder en bas encore quelques temps.
Des qu’ils furent monté, Luke rattrapa Flora et lui demanda de venir voir dans sa chambre où il avait préparé quelque chose.
- Luke, avait-elle répondu, ça ne peux pas attendre demain ? Je suis vraiment fatiguée, là...
- Non, c’est aujourd’hui ou jamais ! S’il te plait Flora...
- Bon, d’accord, mais j’espère que ça ira vite !
Luke ne répondit pas et se rendit avec Flora dans sa chambre. Mais celle-ci n’avait rien de spécial : elle était désordonnée, comme d’habitude, et rien ne semblait indiquer que Luke avait « préparé quelque chose ».
- Alors, fit Flora, c’est tout ? Je peux retourner dans ma chambre, maintenant ?
- Mais attends ! Tu vas voir !
- Oui et bien pour le moment je ne vois rien du tout !
- C’est normal, je vais t’expliquer. J’ai créé une rivière...
- Luke, je...
- Si tu m’interromps tout le temps, on n’avancera pas ! Donc j’ai créé une rivière...
Luke se lança alors dans une longue explication concernant la petite Zratye, que vous connaissez déjà si vous avez lu le prologue. (Si vous ne l’avez pas lu, je vous conseille d’aller le lire tout de suite, pour la compréhension de la suite de l’histoire.) Flora se résigna à faire le voyage, et après quelques explications supplémentaires, ils partirent, Luke souriant et Flora soupirant et râlant. Ils marchaient sur place (il faut savoir que dans un voyage imaginaire, on marche toujours sur place) depuis un certain temps quand Flora demanda à Luke :
- Quand est-ce qu’on arrive ? Je veux dire, il doit bien avoir une fin ton voyage...
- Oui bien sûr ! On va aller jusqu’à la fin de la rivière.
- Tu veux dire, l’endroit où elle se jettera dans une autre ?
- Non, l’endroit où j’ai cessé de l’imaginer !
- Qui a-t-il à cet endroit ?
- Rien ! C’est dangereux, on s’y perd et puis c’est difficile d’en sortir... On s’arrêtera la et puis on fera demi-tour.
- Donc plus vite on arrive là, plus vite on revient, c’est ça ?
- Ben... oui.
- Bien.
Flora se mit aussitôt à courir sur place, le plus vite possible : Luke marchait sur place et fut très vite dépassé. « Flora ! Reviens ! Tu vas te perdre, c’est dangereux de se promener seule dans l’imaginaire d’un autre ! » Mais Flora ne l’écoutait pas. Alors, Luke se mit à imaginer que la rivière tournait à gauche. Flora qui suivait celle-ci fut obligée de tourner elle aussi à gauche. Ensuite Luke fit tourner la rivière à gauche encore une fois, tout en tenant Flora au courant de ses actions : la rivière fit « demis tour », elle coulait « en U ». Quand Flora, qui suivait toujours le cours de l’eau, dépassa encore Luke, mais dans l’autre sens (c’est difficile à imaginer mais c’est comme ça),il fit ce qu’il n’aurais jamais du faire et fit tourner la rivière encore une fois à gauche.
La Zratye coulait en rond. Une rivière en circuit fermé.
Le niveau de l’eau se mit aussitôt à monter. Luke et Flora en eurent bientôt jusqu’à la taille.
Une vague se forma et jaillit. Elle submergea Luke et Flora et les entraina plus loin.
C’est alors qu’ils se rendirent comte que l’eau n’était pas imaginaire. Ils réalisèrent qu’elle mouillait vraiment. L’eau les projeta violement sur le sol recouvert d’herbe, et cette herbe-la était tout sauf imaginaire. On pouvait la toucher, la tenir en main, et la sentir.
C’est alors qu’ils s’évanouirent.

****************

BONUS : extrait du livre « les 40emes délirants », de Raymond Devos.
Ici le personnage principal, Max, rencontre Henri, un homme qui se prend pour un thon.

« Parce que vous vous prénommez Henry, dit max ?
-Oui, Henri ! Mais appelez-moi Riton !
-Pourquoi Riton ?
-Parce que c’est drôle ! ha ! ha !
(...)
-Riton comment ?
-Riton- thon comme mon père !
-Ha ! Parce que votre père aussi est un thon ?
-Forcément puisque je suis son fils !
-Comment vous différencie-t-on ?
-Moi on m’appelle thon fils par rapport
-Au père que l’on appelle thon père !
-Là je vous suis pas très bien avoua max
-C’est pourtant simple…. Par rapport au père thon
-Moi je suis thon fils !
-Mais thon père il vous appelle bien thon fils ?
-Non ! Il m’appelle fiston !
-Vous vous entendez bien entre thon père et
-Thon fils ?
-Oui même si parfois on a des prises de bec….
-Par exemple ?
-On se traite de « saumon » ! C’est la suprême injure-thon : saumon je dis à thon –père :
-Vous n’êtes qu’un saumon père ! Et thon père me répond : tu es encore plus saumon-fils
que ton père !
-Et le ton monte ! vieux thon !
-Thon gueule !
-Et cela se termine ? intervint Max.
-Par un gueuleton chez tonton !
-Parce ce que vous avec un tonton aussi ?
-Oui c’est le plus thon de tous !
-Il ne parle que le thon !
-Et vous comprenez le thon ?
-Je l’ouïs, oui ! Mais lui il pense thon ….. »
avatar
Azerty Uiop¨
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !

Messages : 1111
Date d'inscription : 29/08/2010
Age : 21
Localisation : Supercalifragilisticexpialidocious!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Azerty Uiop¨ le Dim 12 Sep - 1:18

Chapitre 2 :: Un nouvel étrange village (peut-être encore plus étrange que le précédent).

Quand Luke s’éveilla un peu plus tard, Flora était déjà réveillée. Un regard lui suffit pour ce rendre compte qu’ils étaient dans un grand champ de tournesols. Toutes les feuilles étaient tournées vers le soleil, et plusieurs abeilles y butinaient. Le soleil était haut dans le ciel.
Mais malgré ce splendide décor, Flora semblait soucieuse : elle était pale et jouait nerveusement avec une feuille de tournesol. Des que Luke se réveilla, elle se dressa sur ses jambes et le regarda fixement, comme si elle attendait qu’il se passe quelque chose. Mais rien ne se passa, et après quelques instants, elle se rassit, l’air déçue et encore plus nerveuse.
Etonné, effrayé par la conduite de son amie, Luke lui demanda se qui n’allait pas. Flora le regarda d’un air furieux.
« Ce qui ne va pas ? Ce qui ne va pas ? Regarde un peu autour de toi, je suis sûre que tu es capable de le découvrir par toi-même... C’est toi l’expert en énigmes non ? »
Elle criait, comme si tout ce qu’elle avait gardé en elle jusqu’à présent sortait d’un seul coup. Sans lui laisser le temps de réfléchir, elle poursuivit :
« Tu ne voix pas ? Te ne te souviens pas ? C’est pourtant toi qui l’as inventée ! La petite Zratye ? Elle est où maintenant la Zratye ? »
Luke jeta un œil autour de lui. Des tournesols à perte de vue, mais pas la moindre trace de la Zratye.
« Et le soleil, tu le vois le soleil ? Quand nous sommes partis il faisait presque nuit, et à présent, c’est midi ! Et le pire, le pire c’est que tu vois, je suis encore mouillée ! Mouillée tu comprends ! Par de l’eau qui n’existe pas ! »
Luke tenta de parler, mais elle ne lui en laissait pas le temps. Jamais il ne l’avait vue aussi furieuse ! Elle qui était habituellement plutôt calme...
« Je ne sais pas ou nous sommes, ni pourquoi, mais je sais bien que c’est toi qui a voulu faire ce voyage dans l’imaginaire, et que si tu ne l’avais pas fait, en ce moment nous serions encore chez le professeur ! »
Elle s’assit ensuite sur le sol et se tut, d’un air assez toujours furieux. Ils restèrent ainsi le temps de trouver une explication. Luke prit enfin la parole.
« Ecoute Flora, je sais que c’est bizarre tout ça, mais on va sans doute retrouver la Zratye un peu plus loin, et se serait bête de ne pas profiter de ce splendide endroit ! Regarde comme c’est beau ! On va un peu explorer, de toute façon, comme nous sommes dans mon imaginaire, il est très facile d’y mettre fin... On trouvera sans doute bientôt la réponse à tous ces mystères ! »
Flora, qui s’était calmée, hocha la tête. Ils se préparèrent à partir quand...
«Je peux savoir ce que vous fichez là ? » dit une voix de Stentor.
Flora et Luke se retournèrent vivement. Ils virent un homme grand, fort, qui les regardait d’un air étonné. Il tentait d’avoir l’air furieux, mais il cachait mal sa curiosité.
« Bonjour monsieur, commença Flora poliment, savez vous ou nous sommes ?
-Vous ne le savez pas ? Vous êtes à Frahan-les-monts pardi !
-Les monts ? demanda Luke en regardant autour de lui. C’est pourtant si plat ici !
-C’est un nom illogique. Tout est illogique, ici. C’est un peu la spécialité du village... »
Flora eut une pensée pour le professeur. Qu’aurait-il dit de l’affirmation « tout est illogique » ?
« Il y a pas mal de gens qui habitent ici. Tout un village. Moi j’habite à l’écart, mais je suis bien le seul...
-En fait, nous pensions que personne n’habitait ici...
-Que vous étiez seuls ? Mais comment vouliez vous que mon beau champ ai poussé tout seul ?
-Et bien en fait, on pensait que s’était simplement dans mon imagination... En fait, nous sommes venus ici en voyagent dans l’imaginaire...
-Bien sûr ! Mais vous êtes allés trop loin...
- Comment le savez-vous ?
-Parce que tout le monde ici est dans le cas ! Toutes les personnes qui habitent ici ont eu le même problème...
-Mais... nous somme encore dans l’imaginaire de Luke n’est-ce pas ?
-Bien sûr que non ! Vous ne comprenez pas ? Vous n’êtes plus dans l’imaginaire, vous êtes au-delà ! Vous avez traversé la limite, vous êtes sortis de votre imaginaire ! Vous êtes passés outre, comme tout le monde ici !
-Ce n’est pas possible ! Il n’y à qu’un sortie à l’imaginaire : le monde réel !
-Oh non, il y en a deux ! La première, c’est le réel, vous le savez bien... C’est par celle là que vous êtes rentrés !
-Comme on rentre... dans un village ? demanda Flora.
Tout à fait jeune fille. Un village avec deux sorties. La deuxième, c’est ici. Tout simplement. Vous êtes, en quelques sortes, dans la périphérie de l’imaginaire... »
Flora et Luke se turent. L’histoire était incroyable, mais ils y croyaient.
« Mais commençons par les présentations. Moi, c’est Francis. Et vous ?
-Je m’appelle Flora Reynolds.
-Luke Triton, enchanté.
-Bienvenue ! Je vais vous amener au village, Rebecca acceptera sans doute de vous loger chez elle.
-Merci !
-Il y a quelques petites choses que vous devez savoir à propos du village de Frahan-les-Monts... Les habitants sont un peu... spéciaux. Tout d’abord, ils adorent les énigmes...
-Ah ça, ça va, on a l’habitude, dirent Luke et Flora en même temps et en riant.
-Ensuite... ils croient tous en la métempsychose...
-La quoi ?
-La réincarnation. Ils croient tous avoir été quelqu’un d’autre dans une autre vie. Moi-même... mais nous voilà arrivés ! »
Ils entrèrent dans le village, qui n’avait pas l’air particulièrement étrange, vu comme ça. Il y avait beaucoup de maisons, un petit restaurant nommé « Mangez sous votre signe » (un nom étrange, songea Luke) et quelques autres petits magasins. Sur un trottoir, une jeune femme leur adressa un grand sourire : elle échangea quelques mots avec Francis, et souhaita la bienvenue à Luke et Flora.
Ils tournèrent ensuite dans une plus petite rue, plus étroite et sombre, ou les maisons semblaient prêtes à s’écrouler au moindre choc. Plus loin, ils virent une rue qui semblait toute peinte en vert, mais ils n’y entrèrent pas. Ils arrivèrent ensuite sur un petit sentier entouré d’arbres. Au bout de ce sentier ce trouvait une très étrange maison.
Elle était entièrement recouverte de grands panneaux multicolores, ou étaient écrits des « R », de toutes les couleurs, tailles, polices, matières possibles et imaginables. Sur la porte, un « R »fabriqué avec de petits morceaux de miroir leur souhaitait la bienvenue. Sur le bouton de porte, un « R » gravé. A la place du numéro de maison, deux petits « R » soigneusement calligraphiés. Bref, la maison était entièrement recouverte de « R », ce qui lui donnait un aspect assez déroutant.
« C’est ici, annonça Francis, bienvenue chez Rebecca ! Vous verrez, c’est une personne charmante ! Un peu... spéciale, mais vraiment très gentille. Je suis sûr qu’elle acceptera de vous loger. Je vous laisse, j’ai à faire ! »
Sur ce, il partit tellement vite que Flora ne s’en rendit même pas compte. Ils restèrent un moment devant cette étrange maison, sans qu’aucun des deux ne puisse se décider d’actionner la cloche sur laquelle un « R » gothique était dessiné. Tous deux essayaient de s’imaginer à quoi ressemblerait cette étrange Rebecca.



BONUS

le sketche "Ou courent-ils?" de Raymond Devos

Excusez-moi, je suis un peu essouflé ! Je viens de traverser une ville où tout le monde courait...Je ne peux pas vous dire laquelle...je l'ai traversée en courant. Lorsque j'y suis entré, je marchais normalement, mais quand j'ai vu que tout le monde courait...je me suis mis à courir comme tout le monde sans raison !
A un moment je courais au coude à coude avec un monsieur...Je lui dis : "Dites-moi...pourquoi tous ces gens-là courent-ils comme des fous ?", Il me dit : "Parce qu'ils le sont !", Il me dit : "Vous êtes dans une ville de fous ici...vous n'êtes pas au courant.", Je lui dis :"Si, Si, des bruits ont couru !", Il me dit : "Ils courent toujours !", Je lui dis :"Qu'est-ce qui fait courir tous ces fous ?", Il me dit : "Tout ! tout ! Il y en a qui courent au plus pressé. D'autres qui courent après les honneurs...Celui-ci court pour la gloire...Celui-là court à sa perte !", Je lui dis : "Mais pourquoi courent-ils si vite ?", Il me dit : " Pour gagner du temps ! Comme le temps, c'est de l'argent, plus ils courent vite, plus ils en gagnent !", Je lui dis : "Mais où courent-ils ?", Il me dit : "A la banque ! Le temps de déposer l'argent qu'ils ont gagné sur un compte courant...et ils repartent toujours courant, en gagner d'autre !"
Je lui dis : "Et le reste du temps ?", Il me dit : "Ils courent faire leurs courses...au marché !", Je lui dis : "Pourquoi font-ils leurs courses en courant.", Il me dit : "Je vous l'ai dit... parce qu'ils sont fous !", Je lui dis : "Ils pourraient tout aussi bien faire leur marché en marchant...tout en restant fous !", Il me dit : "On voit bien que vous ne les connaissez pas ! D'abord le fou n'aime pas la marche...", Je lui dis : "Pourquoi ?", Il me dis : "Parce qu'il la rate !", Je lui dis : "Pourtant, j'en vois un qui marche !?", Il me dis : "Oui, c'est un contestataire ! Il en avait assez de courir comme un fou. Alors il a organisé une marche de protestation !", Je lui dis : "Il n'a pas l'air d'être suivi ?", Il me dit : "Si, mais comme tous ceux qui le suivent courent, il est dépassé !", Je lui dis : "Et vous, peut-on savoir ce que vous faîtes dans cette ville ?", Il me dit : "Oui ! Moi j'expédie les affaires courantes. Parce que même ici, les affaires ne marchent pas !", Je lui dis : " Et où courez-vous là ?", Il me dit : "Je cours à la banque !", Je lui dis : "Ah !...Pour y déposer votre argent ?", Il me dit : "Non ! Pour le retirer ! Moi je ne suis pas fou !", Je lui dis : Mais si vous n'êtes pas fou, pourquoi restez-vous dans une ville où tout le monde l'est ?"
Il me dit : "Parce que j'y gagne un argent fou !...C'est moi le banquier !..."
avatar
Azerty Uiop¨
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !

Messages : 1111
Date d'inscription : 29/08/2010
Age : 21
Localisation : Supercalifragilisticexpialidocious!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Gigira le Dim 12 Sep - 1:25

Waouh... C'est vraiment intrigant. J'aime beaucoup cette frontière floue entre l'imaginaire et le réel, cette ambiance que tu donnes à ton histoire, déroutante, intrigante, c'est génial ! Ca donne vraiment très bien !

Et les petits bonus sont très sympathiques aussi Very Happy
avatar
Gigira
Fanfictioneuse obsédée par les Bad-Guys et les cookies

Messages : 1543
Date d'inscription : 31/08/2010
Age : 22
Localisation : Alakazam, crétin.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Azerty Uiop¨ le Dim 12 Sep - 1:28

Merci, contente que ça te plaise!
avatar
Azerty Uiop¨
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !

Messages : 1111
Date d'inscription : 29/08/2010
Age : 21
Localisation : Supercalifragilisticexpialidocious!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Mamane le Dim 12 Sep - 2:10

Whou... c'est de plus en plus bizarre dis donc ! Mais j'aime toujours autant même si j'avoue que je dois quand même m'accrocher pour terminer le chapitre...
Ce serait bien si l'imaginaire fonctionnait vraiment de cette façon n'empêche Smile
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Azerty Uiop¨ le Jeu 27 Jan - 9:16

BON! Je vais poster mon nouveau chapitre de cette fic oubliée... J'espere que ça vous plaira et les critiques sont toutes les bienvenues!

Chapitre 3 : R comme rencontre

Luke regarda Flora d’un air interrogatif. Son amie lui répondit par un regard glacial (face à la maison couverte de R, sa colère était revenue) dont le message n’était pas difficile à interpréter : « c’est à cause de toi qu’on est arrivés ici ; à toi de sonner à cette porte. » Luke poussa un petit soupir et se résigna. De plus, sa nature curieuse reprenait le dessus : il voulait voir à quoi ressemblerai la fameuse Rebecca. Il se dirigea vers la cloche et sonna d’un coup sec.
Apres une courte attente, la porte s’ouvrit. Derrière elle apparut une petite femme replète et souriante, dont les cheveux noirs étaient attachés en une courte queue de cheval. Elle portait des vêtements unis sur lesquels étaient brodés, visiblement à la main, une série de petits R rouges ou noirs.
« Bonjour ! Alors, vous êtes les nouveaux arrivants ? Entrez donc ! Voulez vous un thé, un café ? Autre chose ?
- Bonjour madame, enchanté ! Nous venons effectivement d’arriver ici. Je m’appelle Luke Triton, et voici mon amie, Flora. Je prendrai volontiers un thé, merci.
- Moi aussi, dit Flora. Vous êtes bien Rebecca ?
- Bien sûr, qui d’autre ? Entrez, entrez ! »
Quelques minutes plus tard, Luke, Flora et Rebecca étaient assis dans le salon, devant une théière fumante.
« Alors, dites moi, comment êtes vous arrivés ici ?
- Et bien, en fait... commença Luke...
- En fait, l’interrompit Flora, c’est Luke qui à voulu faire un voyage dans l’imaginaire... Moi, je ne voulais pas, j’étais trop fatiguée, mais il n’a rien voulu entendre et nous sommes partis ; alors, nous avons eu un accident, nous sommes allés trop loin et nous nous sommes retrouvés ici.
- Oui, comme tout le monde, vous êtes passés par l’imaginaire, lui répondit Rebecca sans même remarquer le reproche fait à Luke. Mais je veux dire, quel type d’imaginaire ?
- Nous avons marché le long d’une rivière, la petite Zratye. C’est moi qui l’ai complètement inventée ! Avec les arbres, les fleurs, les poissons... Une belle petite rivière, dit Luke, fier de sa création.
- Sauf qu’elle a débordé, et qu’elle nous a conduits jusqu’ici, remarqua la jeune fille.
- Une promenade le long d’une rivière. Vous êtes donc venus à pied, comme moi. Moi voyez vous, c’était sur la plage...
- Il y a des gens qui sont venus autrement qu’à pied ?
- Bien sûr, répondit Rebecca. En voiture, en bateau, en ballon... Par exemple, Francis, l’homme que vous avez rencontré tout à l’heure, est arrivés à vélo. »
Il y eut un moment de silence, seulement interrompu par les cuillères qui tintaient dans les tasses à thé. Finalement, Rebecca le brisa.
« Que pensez vous de ma maison, demanda-elle ? La couleur, la décoration, la façade... »
Elle insistait sur le mot façade : on voyait bien qu’elle tenait à parler de l’étrange décoration qui avait surpris Luke et Flora à leur arrivée.
« Et bien, nous avons remarqué cette drôle de décoration pleine de R, commença Flora.
-Oh, vous avez remarqué ? (difficile de ne pas le remarquer, songèrent Luke et Flora en même temps) En fait, c’est tout simplement une représentation de ma passion. Voyez-vous, je suis absolument passionnée de R. Le R, une lettre remarquable, vous ne trouvez pas ? Personnellement, j’en suis folle.
- Vous aimez les R ? C’est une passion très étrange...
- Réfléchissez-y un peu. Le R n’est pas une lettre très réputée : et pourtant, en y songeant plus attentivement, on se rend compte qu’on la retrouve absolument partout ! Elle est beaucoup plus présente que ce que l’on pourrait croire. Ne fut ce que dans les prénoms et noms... regardez le mien par exemple : mon nom complet est Rebecca Christine Lorena du Rieux. Bon, bien sûr, c’est une exception d’en trouver autant.
Luke et Flora se surprirent à passer en revue une série de mots qu’ils appréciaient, et furent en effet surpris d’y trouver un grand nombre de R.
- Mais on pourrait en dire autant des S, dit Flora, des I ou des E...
- Sans doute, répondit Rebecca, mais on parle beaucoup plus de ces lettres, à l’école, par exemple. Le R a toujours été une lettre de second plan. Et pourtant... Vous avez remarqué que la lettre Z elle-même est plus connue que la lettre R ? C’est tout de même incroyable ! Sans R, l’univers ne serait pas ce qu’il est !
- Non, effectivement, dit Luke. Ce serait l’unives, pas l’univers.
- Absolument, approuva Rebecca. C’est pour cela que j’aime tant les R et que j’en fais la collection.
- Vous n’avez pas du tout été surprise de nous voir arriver... remarqua Luke, changeant de conversation. Comment avez-vous été prévenue ?
- Oh, nous avons le téléphone, vous savez ! Ca ne fait pas très longtemps, un mois ou deux, depuis l’arrivée de Nicolas Foulon, en fait... Vous savez, ici, on croit tous en la métempsychose...
-Oui, nous sommes au courant. Francis nous l’a dit.
- Et Bien, Nicolas dit avoir été Graham Bell dans une vie antérieure. Aussi, dés son arrivée, il a tenu à ce que toute notre petite communauté soit reliée par le téléphone... Bon, il se fait tard...
- Tard ? Enfin, quand nous sommes arrivés il y a à peine une heure, il était midi, remarqua Luke.
- Oh oui, il faudra vous y habituer : Frahan est une ville sans horaire fixe. (Tout en expliquant cela, Rebecca les conduisait dans leur chambre) Etant imaginaire, et même plus qu’imaginaire, cette ville est aussi instable : elle oscille, et il lui arrive même souvent de se retourner ou de bondir de quelques centaines de kilomètres dans toutes les directions. Elle traverse ainsi beaucoup de fuseaux horaires et... oh, ne vous inquiétez pas, dit elle en voyant la tête de Flora : On ne ressent absolument pas les mouvements de la ville !
- Merci pour ces explications, répondit Flora, soulagée. Mais nous n’aurons pas le temps de nous habituer : nous repartirons demain, le plus tôt possible.
- J’ai bien peur que non, répondit Flora. Il est possible de dépasser la frontière vers l’imaginaire dans un sens, mais pas dans l’autre, voyez-vous... Sinon, pourquoi croyez-vous que nous serions toujours là ?
Flora s’arrêta brusquement, lança un regard noir à Luke, et alla se coucher sans ajouter un mot.




Luke est assit sur une chaise peu confortable typique des chaises scolaires. Devant lui se trouve un grand tableau noir. Il pourrait bien sûr lancer un regard autour de lui, mais il ne songe même pas à le faire. De toute façon, il sait qu’il est dans un rêve, pas dans la réalité, ni même dans le plus qu’imaginaire...
Soudain, des lettres apparaissent sur le tableau, dessinées à la craie blanche.
« Le théorème de Pythagore »
En dessous de l’inscription se dessinent, toujours à la craie, les contours d’un triangle ABC, rectangle en A, ce qu’explique aussitôt une vois calme et monocorde.
« Dans tout triangle rectangle, le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés. »
Sous le dessin du triangle s’affiche alors l’égalité [AB] ²+ [AC] ²= [BC] ².
« Réciproquement, continue la voix, le carré de l’un des côté adjacents au sommet rectangle du triangle sera égal à la différence du carré de l’hypoténuse et du carré du dernier côté. »
Au même moment s’affiche la nouvelle égalité : [AB] ² = [BC] ²-[AC] ².
« Cette dernière propriété se nomme la réciproque de Pythagore. »

Le tableau s’efface d’un coup, la voix se tait, remplacée par la voix de Flora :

- Luke ! Eh, Luke, réveille-toi !!!


-Luke ! Allons, c’est le matin !

Luke émergea du sommeil avec difficulté. Devant lui se trouvait le visage de Flora, étrangement souriant vu les faits de la veille...
« Bonjour Flora, lui dit il en baillant. Tu n’es pas sensée être furieuse ?
- Oh, tu sais, répondit la jeune fille, je me suis habituée à l’idée du monde plus qu’imaginaire... Au fond, pour une fois que tu me laisses, mieux, que tu m’oblige à partir à l’aventure avec toi, ce ne serait pas logique de râler...
- Tant mieux que tu le prennes ainsi. De toute façon, peut-être qu’il y a quand même un moyen de retourner dans le monde réel.
- Mais Rebecca...
- Tu sais, Rebecca n’a peut-être pas toute sa tête. Son histoire de R était vraiment bizarre non ? Il y a peut-être un moyen dont elle ignore l’existence...
- Oui, peut-être, fit Flora, dubitative. On descend ? »
En bas les attendait une Rebecca drapée dans un grand châle d’un vert passé et plusieurs toasts fumants. Après un bon petit déjeuner, Luke annonça à leur hôte qu’ils allaient faire une visite du village, et qu’ils ne rentreraient certainement pas pour le déjeuner. Ils sortirent un quart d’heure plus tard.

« Tu sais de quoi j’ai rêvé cette nuit ? demanda Luke à son amie tandis qu’ils marchaient vers la rue principale du village.
- Aucune idée. Moi, figure-toi que j’ai rêvé d’un cours sur les atomes. Les électrons, les protons, tout ça... Drôle de rêve non ?
- Moi, c’était le théorème de Pythagore... Tu sais, si ça ce trouve, dans ce monde où les choses habituellement logiques sont illogiques, les choses habituellement illogiques, comme les rêves, deviennent, elles, tout à fait logiques...
- Oui, j’y pensais aussi ! C’est certainement vrai. Je pense que j’ai rarement été dans un endroit aussi bizarre. Même au Saint Mystère, entourée de robots, je n’ai jamais été aussi... désorientée qu’ici.
- Je me demande qui a été Rebecca avant...
- Avant quoi ?
- Avant elle ! Tu sais, la métempsychose...
- Ah, oui ! Je n’en sais rien. Elle nous le dira sans doute un jour... Bon, cette exploration de village, c’est pour quand ?
- Pour tout de suite, lui répondit Luke, et ils pénétrèrent dans la rue Minerve, la rue marchande de Frahan-les-Monts.


Voilà ! J’espère que sa vous plait ! Je posterai un nouveau chapitre le plus tôt possible !

BONUS

Les sketch « un ange passe » de Raymond Devos.

On dit parfois que j'extravague...
que je délire...
Pourtant, il n'y a pas plus raisonnable que moi !
Il n'y a pas d'esprit plus cartésien que le mien !
Je ne fais que rapporter les faits tels que je les observe.
Il est évident qu'il y a observer et observer !
Cela dépend du sens que l'on donne au mot "observer".
Exemple:
Quand on demande aux gens d'observer le silence...
au lieu de l'observer, comme on observe un éclipse de lune,
ils l'écoutent...
et tête baissée, encore !
Ils ne risquent pas de le voir, le silence.
Ils le redoutent !
Alors, dès que le silence se fait, les gens le meublent.
Quelqu'un dit :
- Tiens ? Un ange passe !
Alors que l'ange, il ne l'a pas vu passer !
S'il avait le courage, comme moi, d'observer le silence en face, l'ange il le verrait !
Parce que, mesdames et messieurs, lorsqu'un ange passe, je le vois !
Je suis le seul, mais je le vois !
Evidemment que je ne dis pas que je vois passer un ange,
parce qu'aussitôt, dans la salle, il y a un
doute qui plane !
Je le vois planer, le doute !...
Evidemment que je ne dis pas que je vois planer
un doute parce qu'aussitôt, les questions:
- Comment ça plane un doute ?
- Comme ça ! (geste de la main qui oscille)
- Comment pouvez-vous identifiez un doute avec certitude ?
-A son ombre !
L'ombre d'un doute, c'est bien connu... !
Si le doute fait de l'ombre, c'est que le doute existe... !
Il n'y a pas l'ombre d'un doute !
Et l'on sait le nombre de doutes au nombre d'ombres !
S'il y a cent ombres, il y a cent doutes.
Je ne sais pas comment vous convaincre ? !
Je vous donnerais bien ma parole, mais vous allez la mettre en doute !
Le doute... je vais le voir planer...
Je vais dire:
- Je vois planer un doute.
Aussitôt, le silence va se faire...
Quelqu'un va dire :
- Tiens, un ange passe !
Et il faudra tout recommencer !
A propos de l'ange, aussi, on m'en pose des questions insidieuses:
- Dites-moi, votre ange là, de quel sexe est-il ?
Alors là ... (geste de la main qui oscille)
je suis obligé de laisser planer un doute,
parce que je n'en sais rien !
- D'où vient-il ?
Il va vers sa chute !
Parce que l'ange, attiré par la lumière des projecteurs s'y précipite...
Ebloui, l'ange s'y brule les ailes et l'ange choit !
Et un ange qui a chu est déchu !
Mesdames et Messieurs... à la mémoire
de tous les anges qui sont tombés dans cette salle,
nous allons observer une minute de silence...
(L'artiste voyant "passer" un ange, les gens rient)
(L'artiste avec un geste de la main qui oscille)
Il n'y a que les doutes qui planent.

Raymond Devos
avatar
Azerty Uiop¨
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !

Messages : 1111
Date d'inscription : 29/08/2010
Age : 21
Localisation : Supercalifragilisticexpialidocious!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Flora Triton le Jeu 27 Jan - 9:27

Ouai ! Enfin la suite !
Par contre a un moment du a marquer "répondit Flora" Alors que je crois qu'en fait c'est Rebecca qui parle.
Sinon j'aime beaucoup !
avatar
Flora Triton
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !

Messages : 437
Date d'inscription : 30/08/2010
Age : 19
Localisation : Chez les mangeurs de cassoulet

Voir le profil de l'utilisateur http://tsuki-ouji.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfic] Voyage au-delà de l'imaginaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum