Défi : Layton Tab 100

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Gigira le Sam 6 Nov - 6:55

Tu peux m'inscrire pour Montre/Horloge, s'il te plaît ? (n°86) ^^
avatar
Gigira
Fanfictioneuse obsédée par les Bad-Guys et les cookies

Messages : 1543
Date d'inscription : 31/08/2010
Age : 22
Localisation : Alakazam, crétin.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Sam 6 Nov - 6:57

Tes désirs sont des ordres ! Et j'en profite pour l'inscrire ailleurs aussi tiens, je verrai bien où...
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Yaya le Sam 6 Nov - 7:13

Gigira a écrit:Tu peux m'inscrire pour Montre/Horloge, s'il te plaît ? (n°86) ^^
ça sent la machine à remonter dans le temps tout ça Very Happy
avatar
Yaya
Fanartiste que je soupçonne d'emprunter de la «farine» à Delarue pour créer ses BD !

Messages : 638
Date d'inscription : 30/08/2010
Age : 22
Localisation : tiens, cette question me rappelle une enigme...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  laytonmobile le Sam 6 Nov - 7:19

"incendie" m'inspire... Allez, je le prend Very Happy
avatar
laytonmobile
Fétichiste des deux-chevaux rouges et de Christophe Hondelatte

Messages : 555
Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Loooooiiiiiinnnnnn!!!!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Sam 6 Nov - 7:20

Très bien ! Il est à toi Smile
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Dim 7 Nov - 23:14

J'aime pas les doubles posts mais c'est pour dire que le compte commun du forum est maintenant opérationnel :

http://www.fanfiction.net/s/6461372/1/100_themes_pour_le_Professeur_Layton

Les thèmes seront donc publiés. Pour l'instant je n'ai crédité que les gens qui ont pris de façon officielle un thème mais il va sans dire que je mettrais à jour dès que quelqu'un d'autre voudra être volontaire.
J'en ai profité pour mettre l'adresse du forum en hompage et mettre un message pour rameter des gens Laughing
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Sakon le Dim 7 Nov - 23:24

Haha, ça fait très professionnel comme présentation, bon boulot !
avatar
Sakon
Vil Gamer membre du cercle des littéraires philosophes et dépressifs

Messages : 1679
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 24
Localisation : PAL

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Invité le Mar 9 Nov - 8:38

Moi je prendrai bien "Cravate" S'il te plaît! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Mar 9 Nov - 8:47

Tes désirs sont des ordres ! (très bon choix par ailleurs)
Tu as un compte fanfiction.net ou pas ? (que je te crédite également sous ton pseudo là bas si tel est le cas ?)
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  gladice le Mer 10 Nov - 10:55

OoOoOoOohh!! Pas maaal !! Bonne idée que tout cela !! JE sens que tous nos fanfictioneurs favoris vont y sacrifier leurs temps ! Je vous souhaite bon courage donc pour vos one-shot en cours de création, avenir et déjà terminé !! J'essayerai d'y participer mais je doute franchement de mes talents littéraires... Enfin, je peux toujours y réfléchir à près tout....
avatar
gladice

Messages : 134
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 19
Localisation : A bord du Bostoniuus avec Desmondounet! :DD

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Mer 10 Nov - 11:11

Tu peux toujours essayer Gladice, au pire s'il ne s'agit que d'une question de syntaxe ou d'orthographe on pourra toujours t'aider à corriger Wink
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Lucile19 le Jeu 11 Nov - 3:02

Bon, aller pour commencer, je prend "cuisine", puis-je ?
avatar
Lucile19
Dessinatrice à couettes roses qui mange les pauvres fourchettes innocentes

Messages : 322
Date d'inscription : 03/09/2010
Localisation : Quelque part où vous n'avez pas regardé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Jeu 11 Nov - 3:18

Parfaitement, il est à toi !
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Invité le Jeu 11 Nov - 7:24

Ah, non je n'ai pas de compte sur fanfiction.net désolée! bounce

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Jeu 11 Nov - 7:29

Ok ! C'était juste pour savoir Smile
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mama le Jeu 11 Nov - 8:50

Voilà ma première contribution, j'espère que ça vous plaira !
Merci à Mamane qui a fait une première lecture et corrigé quelques erreurs ! Very Happy

Auteur: Mama
Thème: Stylo-plume
Spoilers: Layton et le Destin Perdu

« -Professeur, qu’est-ce que c’est ?

-C’est un stylo-plume, mon garçon. Le genre de stylo que tout gentleman qui se respecte se doit de posséder.»

Luke était émerveillé par le stylo que tenait le Professeur Layton. Pourtant, il avait tout d’un stylo-plume ordinaire, mais la finesse de la pointe, sa courbure délicate, le son particulier quand il grattait le papier, les belles lettres qu’il traçait, tout cela impressionnait le petit garçon qui ne pouvait détacher son regard de la main de son mentor. Celui-ci avait d’ailleurs une écriture très agréable à lire, ferme mais aérée, aux caractères bien tracés, mise en valeur par l’encre qui lui donnait un air certes un peu vieillot, mais particulièrement distingué.

Luke rêvait d’avoir une telle écriture plus tard, si bien qu’il s’entraînait parfois, certains soirs, à imiter l’écriture du Professeur, d’après une vieille lettre qu’il lui avait envoyé un jour qu’il était parti pour une de ses diverses enquêtes. Pourtant, le garçon avait une écriture un peu brouillonne, impulsive, qu’il tenait sans doute de son père, peu doué pour la calligraphie contrairement à son ami, mais il redoublait d’efforts quand l’homme qu’il admirait lui faisait une remarque sur la tenue de ses cahiers.

Quand il rangeait le bureau de son mentor, Luke ne refusait jamais de classer ses notes, toujours lisibles. Parfois même, quand le Professeur était absent, il sortait délicatement le stylo-plume de son étui, tel une relique, et l’observait sous toutes ses coutures. Il le considérait comme un véritable œuvre d’art.

"-Il est vraiment beau» fit-il un jour remarquer. Moi aussi un jour, j’en aurais un, Professeur ?

- Bien sûr, lorsque tu seras devenu un vrai gentleman, tu auras ton propre stylo-plume !»

Son visage s’illumina, on aurait presque pu voir des étoiles briller dans ses yeux. Un jour, lui aussi aurait un stylo-plume, son stylo-plume, comme son mentor le célèbre Professeur Layton ! Lui aussi deviendrait un brillant gentleman ! Cette idée l’emplit d’un immense sentiment de joie et il ne put réprimer une petite exclamation de bonheur, et ce fut sous le regard amusé de Layton qu’il redoubla d’énergie pour venir à bout du tas de livres à ranger qui traînait dans un coin.

Les années passèrent, et Luke oublia les paroles de son mentor. Il oublia cette histoire de stylo-plume. Et vint le jour où Luke dut quitter le Professeur.

C’était un jour radieux. Le ciel bleu était parsemé de quelques nuages, et une légère brise agréable soufflait. Layton et Luke se tenaient tous les deux sur le quai, à côté de l’immense paquebot qui devait mener le garçon loin de l’homme avec qui il avait vécu tant de moments palpitants, résolu tant d’énigmes, affronté tant de dangers. Il avait le cœur serré et repoussait sans cesse le moment où il devrait quitter le Professeur. Les voyageurs embarquaient tous, les uns après les autres, et il n’y eut bientôt plus que quelques personnes sur le quai. Le départ était imminent.

Luke se tourna vers le Professeur et parla d’une voix mal assurée.

« -Il est temps de se dire adieu.

- Pas du tout Luke. On se dit au revoir, pas adieu. »

Le jeune garçon sentit des larmes perler au coin de ses yeux et sa gorge se nouer. Il laissa malgré lui s’échapper quelques sanglots, mais fit d’incroyables efforts pour s’empêcher de fondre en larmes.

« Allons Luke, ce n’est pas digne d’un gentleman, lui dit d’une voix calme Layton. Tu dois te ressaisir, mon garçon ! »

Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Luke laissa s’exprimer toute sa tristesse. Il se jeta dans les bras de son mentor.

« -Désolé Professeur… Je suis pas un gentleman !

- Ça viendra … »

Luke se sentit petit à petit rassuré. Il avait redouté la réaction du Professeur, mais celui-ci avait vite compris le malaise qui le submergeait et le réconfortait en conséquence.

Le garçon se recula, se sentant un peu honteux de pleurer ainsi à son âge dans les bras de celui qu’il admirait. Il ravala ses sanglots et prit sa valise. Il commença à s’avancer vers son père qui l’appelait à grand renfort de gestes désordonnés.

«- Attends, Luke. J’ai une dernière chose à te donner avant que tu ne partes. »

Layton mit sa main dans la poche de sa veste et en sortit une petite boîte en cuir, de forme allongée et rectangulaire, entourée d’un beau ruban rouge. Il la tendit à Luke qui attendait, interloqué. Celui-ci prit la boîte. Il jeta un coup d’œil au Professeur qui lui fit signe de l’ouvrir. Doucement, il tira sur un des bouts du ruban, et le nœud se défit sans un bruit. Il souleva le couvercle. Sur une sorte de petit coussin reposait un magnifique stylo-plume. La pointe en or étincela lorsqu’un rayon de soleil se posa dessus. Le corps du stylo était en bois de noyer du Caucase, très résistant, avec de belles veinures.

Luke ne sut d’abord pas quoi dire. Il était émerveillé. Puis il se rappela le stylo-plume que le Professeur Layton utilisait et qu’il admirait tant quand il était enfant. Les paroles de son mentor lui revinrent alors en mémoire. « Lorsque tu seras devenu un vrai gentleman, tu auras ton propre stylo-plume. », c’était ce qu’il lui avait dit.

Luke se tourna vers le Professeur, qui attendait.

«-Qu’en penses-tu, mon garçon ? Te plaît-il ?
-Mais enfin Professeur, c’est de la folie. Ce stylo est absolument magnifique, il a dû vous coûter une fortune. Je ne peux pas l’accepter.
-Tu te souviens de ce que je t’avais dit, Luke, il y a bien des années de cela. Ce jour est arrivé. Ce stylo est à toi, tu l’as amplement mérité.
-Professeur … Je ne sais pas quoi dire …

Luke était très gêné, mais cachait difficilement sa joie. Ce stylo-plume …

- Youhou, Luke, ta mère t’attend ! Et tu sais qu’il vaut mieux ne pas la mettre en colère !
- Je sais à qui appartient cette voix grave et je reconnais cette barbe … Clark !
- Hershel ! Comment vas-tu mon vieux ? Toujours autant passionné par les énigmes ? Je me souviendrais toujours à Gressenheller, le jour où tu avais …
-Clark …
-Trêve de plaisanterie, Brenda nous attend, et tu sais comment elle est dans des moments pareils ! Comme quand …
- Papa …
- Mais je m’égare, est-ce que je peux reprendre mon fils ? Allez viens là fiston, on y va ! Le bateau va partir sans nous si ça continue … A bientôt Hershel !
- Au revoir Clark. Au revoir Luke. »

Layton s’approcha de Luke et lui dit à voix basse :

« -Prends-en bien soin, et écris-moi vite. »

Luke lui sourit.

« -Je vous le promets, Professeur. »
avatar
Mama
Vétérane de l'antique forum qui fait penser à Bohemian Rhapsody car Mamaaaa Ouhhouhouuuu !

Messages : 1723
Date d'inscription : 30/08/2010
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Ven 12 Nov - 2:09

Tu connais déjà mon avis Mama mais je le redis : très très bonne soumission. C'est simple, clair, efficace et vraiment sympathique à lire. En plus tu as un style assez clair je trouve, pour une première fanfiction c'est vraiment réussi. D'autant plus qu'écrire sur un thème imposé n'a généralement rien d'évident !

Bon je poste à la suite ma propre soumission sur le thème «mère», comme ça ça fera plus de lecture, mais je le répète encore : Dame Mama, je vous tire mon chapeau ! Very Happy

***

Auteur: Mamane
Thème: Mère
Mots : 3,285
Spoilers: Layton et le Destin perdu.

Constance Dove réprima un petit grognement agacé en remarquant la horde de journalistes qui l'attendait face au London Great Orphage. En tant que détentrice de l'une des plus grosses fortunes du Royaume-Uni, elle avait l'habitude de faire l'objet de l'attention des méfia et se prêtait habituellement de bonne grâce aux exigences des journaux et magazines. Cependant, sa visite à l'orphelinat était censée rester secrète du grand public, aussi n'était-elle guère ravie de constater que l'information avait filtré. Elle savait, en effet, ce que penserait d'elle le tout-venant s'il venait à apprendre qu'elle cherchait à adopter un enfant à l'âge -tout de même honorable- de 58 ans. Sa décision de manquerait pas de passer pour un tragique caprice de star, et le simple fait de s'imaginer toutes les explications qu'elle aurait à donner pour justifier sa démarche la fatiguait. Faisant néanmoins contre mauvaise fortune bon cœur, elle finit par se composer un sourire de façade, descendit de sa voiture -aidée par son chauffeur- puis accepta de répondre aux questions d'une reporter particulièrement bavarde, réfléchissant en même temps aux raisons qui l'avaient poussé jusque là.

Constance avait dédié l'essentiel de sa vie à son travail, sans jamais prendre le temps de se poser et de fonder une famille : nombreux, pourtant, avaient été les hommes qui avaient cherché à la courtiser durant sa jeunesse, mais elle ne leur avait jamais prêté attention, bien trop occupée à vouloir transformer le modeste atelier de couture qu'elle avait hérité de ses parents en une véritable entreprise. Elle avait bien entendu fini par réaliser son rêve, devenant ainsi la première milliardaire femme d'Angleterre à l'âge de 45 ans : cependant, une fois l'objectif atteint, elle avait cruellement réalisé combien sa vie personnelle était vide de sens, et avait compris qu'elle ne laisserait rien derrière elle, sinon une fortune que se hâteraient de dépecer les actionnaires de son entreprise une fois son dernier souffle rendu. Cette réalisation l'avait proprement terrifié et l'avait poussé à réfléchir sur ce qu'elle voulait vraiment, autrement dit la seule chose qu'elle n'avait jamais réussi à obtenir...

Une famille. Un mari. Des enfants.

N'étant pas d'une nature à renoncer facilement, Constance s'était alors dit qu'en dépit de son âge, la chose était encore possible : la fortune qu'elle avait mis tant de temps à réunir s'était cependant révélée être un terrible poison, attirant les vautours aussi sûrement qu'une lampe attiraient les papillons de nuit en été. N'étant pas naïve, elle n'avait fort heureusement pas succombé aux promesses des hommes qui n'en voulaient qu'à son empire. Cela avait néanmoins eu pour effet de remettre constamment ses projets à plus tard, puis encore plus tard, jusqu'à ce qu'elle atteigne finalement son 58ème anniversaire : l'âge auquel la plupart des femmes étaient déjà grand-mères.

Elle avait alors dit stop, comprenant que si elle voulait enfin avoir la chance de fonder sa propre famille, c'était le moment ou jamais : ne pouvant bien entendu plus avoir d'enfants biologiques, elle avait pris la décision d'aller adopter une petite fille ou un petit garçon sur les conseils de ses deux plus fidèles employés, le jardinier Folliot et sa femme Spyrale. Bien entendu, elle n'avait pas pris cette décision sur un coup de tête : elle savait toute l'importance qu'avait cet engagement, et surtout comprenait bien qu'à son âge, élever un enfant serait sans doute un challenge terrible. Mais elle aimait les challenges, et désirait trop découvrir la chaleur d'une famille pour envisager abandonner face aux difficultés.

Cela expliquait sa présence à l'orphelinat en ce pluvieux Mardi de Novembre, et c'est ce qu'elle expliqua à la journaliste même si elle comprit vite à la lueur de son regard qu'elle se fichait bien des motivations profondes de sa démarche...

-«Quels critères avez vous privilégié dans le choix de l'enfant ?» demanda soudain un second reporter, coupant sans remord la parole à sa collègue. «Vous voulez une fille ? Un garçon ? Cheveux blonds ? Bruns ?»

Elle laissa s'échapper un hoquet indigné et eut toutes les peines du monde à ne pas mettre une gifle à l'odieux personnage qui lui parlait d'enfants de la sorte. Son sourire néanmoins se crispa contre sa volonté, montrant bien son opinion sur le sujet.

-«Je ne crois pas que l'on puisse «choisir» un enfant ainsi, monsieur. Nous parlons d'êtres humains, pas d'animaux de compagnie. Tout ce que je désire, c'est fonder une famille aimante et soudé, c'est là mon seul «critère». Mais veuillez m'excuser, j'ai précisément rendez-vous avec la directrice dans quelques minutes et il serait fort malpoli de la faire attendre.»

Constance ponctua cette dernière phrase d'une poignée de main puis pénétra dans l'établissement, rapidement accueillie par la directrice qui, après les mondanités d'usage, la guida jusqu'aux dortoirs où l'attendaient une vingtaine d'enfants âgés de trois à douze ans. Elle esquissa un léger sourire en voyant qu'ils s'étaient tous mis sur leur trente et un et l'attendaient visiblement impatiemment. Le spectacle était attendrissant, mais également triste d'une certaine façon : elle pouvait voir sur la majorité des visages l'espoir de quitter enfin l'orphelinat, tout en sachant qu'hélas, elle ne pourrait contenter tout le monde. Elle prit le temps de parler avec tout le monde, riant du toupet de certains, agacée par le pédantisme d'autres : son regard, au bout d'un moment, finit néanmoins par se focaliser sur un garçon en particulier.

Il s'agissait du seul garçon du dortoir qui ne s'était pas précipitée vers elle et qui, assis sur son lit à l'autre bout de la pièce, lisait un roman, imperturbable. Il devait avoir à peine dix ans, et avait, cachés derrière d'épais cheveux bruns, un regard très différent de celui des autres enfants. Intriguée, elle finit par s'approcher de lui et s'assit à ses côtés : il leva légèrement les yeux et se contenta de murmurer un «bonjour» poli avant de replonger dans son livre.

-«Que lis-tu ?» demanda t-elle pour lancer la conversation.

-«Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë» murmura t-il sans interrompre sa lecture.

-«C'est un très grand livre...» sourit la vieille femme. «Et tu comprends tout ?»

-«Pas vraiment. Mais j'aime ce que je comprends, alors ça me va.»

La réflexion du petit lui arracha un très léger rire : c'était la première fois qu'un enfant de cet âge lui tenait un discours de ce genre. Et surtout, c'était la première fois qu'un enfant lui disait apprécier la littérature anglaise classique -chose qu'elle même appréciait énormément.

-«Je m'appelle Constance. Constance Dove» reprit-elle. «Et toi ?»

-«Clive.»

-«C'est un joli prénom. »

-«Si vous le dites.»

-«Tu es... ici depuis longtemps ? Si ce n'est pas indiscret bien sûr.»

-«Ça ne l'est pas. Et pour vous répondre, ça fera six mois dans quelques jours. Je suis un des derniers arrivés.»

-«Je vois...»

Elle se tut, ne sachant quoi ajouter : Clive ne facilitait pas la discussion à rester stoïque comme il l'était, plus intéressé par son livre que par ce qu'elle pouvait dire. Quelque chose dans son attitude, cependant, était fascinant et même, d'une certaine façon, touchant en dépit de l'étrangeté de son caractère. De tous les enfants présents, il était le seul qui semblait ne rien attendre d'elle : il ne l'ignorait pas par défi, il était juste totalement indifférent à sa présence, rien de plus. En cela, il était le seul dont elle pouvait savoir comment il était au quotidien...

-«Dis moi» finit-elle par demander avec douceur. «Tu te plais ici ?»

-«Autant que je me plairais ailleurs.»

-«Tu veux dire que si quelqu'un t'adoptait, cela ne te ferait ni chaud ni froid ?»

-«Je vais où on me demande d'aller madame, c'est tout.»

-«Donc si je te demandais de venir chez moi, tu dirais oui même sans rien connaître de moi ?»

-«Sans doute.»

Constance Dove eut du mal à ne pas écarquiller les yeux, mais la réponse du petit garçon, quoique surprenante, lui plut beaucoup : oui, décidément, Clive avait quelque chose de spécial, même si elle ne savait encore trop dire quoi. En tous cas, c'était le seul avec lequel elle avait l'impression que l'établissement d'un lien -même ténu- serait possible : il avait été sincère avec elle, pas par volonté de l'être, mais parce que c'était le fondement même de sa nature. Aussi au moment du départ, quand la directrice revint la voir pour lui demander comment s'était passé son premier contact avec les enfants, ne manqua t-elle pas de citer son nom en premier, précisant qu'elle avait hâte de le rencontrer à nouveau.

Oooo

Clive rejoignit la maison des Dove quatre mois après la première visite de Constance à l'orphelinat.

Beaucoup le considérait comme étant l'enfant idéal : poli et obéissant, il n'élevait jamais la voix et ne contredisait jamais les ordres des adultes, même s'ils lui semblaient particulièrement absurdes. Il était d'un calme olympien et passait l'essentiel de ses journées à lire tranquillement plutôt qu'à commettre toutes sortes de bêtises comme le faisaient habituellement les jeunes gens de son âge. Il était, de plus, un excellent élève et ne ramenait donc à sa mère adoptive que d'excellentes notes.

Constance Dove, elle, savait cependant bien que Clive n'avait rien du fils rêvé. Au contraire.

Sa politesse était réelle mais froide, impersonnelle : il la saluait de la même façon qu'il saluait les domestiques, de façon automatique et distante. De même, s'il ne la contredisait jamais, c'était surtout parce qu'il avait compris que cette attitude lui épargnait des heures de discussions «parentales». Il ne lui reconnaissait pas son rôle de mère : ce n'était pas là un «défi» de sa part, il n'y avait rien de malveillant dans son attitude. Cependant, il semblait déterminé à ne créer aucun lien solide entre elle et lui, préférant s'enfermer des heures durant dans l'immense bibliothèque du manoir plutôt que de converser avec elle.

Cette attitude inquiétait terriblement Constance : elle connaissait le passé du jeune garçon, et avait compris qu'il ne se remettrait sans doute jamais de la mort affreuse de ses parents biologiques. Cependant, le voir ainsi toujours irréprochable et «parfait» lui était à peine supportable : ce ne n'était pas un enfant qu'elle avait en face d'elle, mais un fantôme, un pantin sans personnalité qui n'attendait rien de personne depuis bien longtemps. Pourtant, elle voulait lui donner davantage, bien davantage.

Si elle avait accepté le fait que Clive ne la considérerait jamais comme sa mère, elle n'avait cependant pas abandonné l'idée de l'apprivoiser petit à petit et, ainsi, de l'aider à s'ouvrir un peu plus.

Si elle avait compris qu'elle ne serait jamais une mère pour lui, lui était déjà devenu son fils.

-«Dis moi Clive» lui demanda t-elle un matin, alors qu'il prenait en silence son petit déjeuner, comme toujours. «Voudrais-tu bien aider Folliot à ramasser les feuilles dans le jardin ? Le pauvre commence à prendre de l'âge, un peu d'aide serait le bienvenue.»

-«Bien sûr Constance» lui répondit l'enfant en haussant les épaules. «Ça ne me pose aucun problème.»

Elle sourit doucement : Folliot était une des rares personnes qui étaient parvenues à fendiller la coquille du jeune garçon. Même si Clive était un rat de bibliothèque, il appréciait beaucoup la nature et les animaux et ne manquait jamais d'aider les jardiniers quand l'occasion se présentait. Folliot l'avait de fait rapidement pris sous son aile et était le seul à savoir lui arracher un sourire sincère. Elle faisait donc tout pour qu'il passe le plus de temps possible avec lui, en prenant néanmoins bien garde à ne pas l'étouffer ni le forcer.

Clive termina rapidement son déjeuner puis, après s'être correctement apprêté, alla rejoindre le jardinier qui avait déjà commencé sa rude besogne : il fronça légèrement les sourcils en constatant que le sol était boueux et qu'il aurait donc du mal à ramasser les feuilles sans se salir, mais finit malgré tout par prendre un râteau. Il ne fallut pas plus d'une heure pour que les feuilles soient toutes réunies en un mont haut du trentaine de centimètres au beau milieu du jardin, ce sous l'œil satisfait de Folliot qui sortit de sa poche une boîte d'allumette.

Clive se raidit instantanément, mais l'homme ne sembla pas le remarquer.

-«Bien !» dit-il d'un air satisfait en grattant une allumette. «Ne reste plus qu'à brûler tout ça hein, Monsieur Clive ? C'est du beau travail !»

Sur ces mots, il lança l'allumette dans le tas de feuilles qui s'enflamma aussitôt, dégageant un épais nuage de fumée grise qui enveloppa une bonne partie du jardin. Silencieux et pâle comme la mort, Clive fixa du regard les flammes qui dansaient à deux mètres de lui à peine, dévorant sans pitié tout ce qui se trouvait sur leur chemin, puis laissa tomber son râteau avant de faire un pas en arrière.

-«Monsieur Clive ?» finit par demander Folliot, remarquant enfin son malaise. «Vous allez bien ?»

L'enfant ne pipa mot, comme hypnotisé : son visage, ravagé de tics nerveux, se tordit en une expression de pure terreur. Doucement, mais sûrement, les larmes lui montèrent aux yeux puis s'écoulèrent sur ses joues en une fine cascade.

Folliot le prit par les épaules pour le secouer un peu, mais Clive n'eut aucune réaction, sinon celle de se mettre à trembler terriblement : il alerta donc aussitôt Constance qui, voyant ce qui se passait, comprit de suite ce qui effrayait à ce point l'enfant et eut le réflexe de le prendre dans ses bras et de l'éloigner du feu. Cela sembla être un déclic pour Clive qui se mit à se débattre de façon si violente qu'il finit par lui enfoncer son coude dans le vendre : puis, ainsi libéré, il courut s'enfermer à double tour dans sa chambre où il éclata en de si gros sanglots qu'il résonnèrent dans une bonne partie de la maison.

Plus que le coup, ce furent ces sanglots qui firent le plus de mal à Constance.

Elle resta un moment à la porte de la chambre, à essayer de calmer le garçon par de sages paroles, mais elle comprit rapidement que le mieux à faire était encore de la laisser en paix. La directrice lui avait répété à de nombreuses reprises que Clive n'avait jamais fait le deuil de ses parents : peut-être était ce l'occasion pour lui de commencer à crever l'abcès, chose qu'il devait faire seul. Constance savait pertinemment qu'il ne lui faisait pas assez confiance pour se confier à elle, et elle ne voulait de toute façon pas lui forcer la main. Leur relation était déjà plus que fragile, elle ne voulait pas risquer de la détruire.

De fait, elle finit pas retourner dans le salon, le cœur lourd et la tête basse, à épier impatiemment le couloir dans l'attente d'une sortie prochaine de son petit garçon. Celui ci, cependant, ne montra le bout de son nez qu'au moment de dîner, soit vers vingt heures, et se comporta très exactement comme si rien ne s'était passé. Elle ne fit aucune remarque, ne souhaitant pas le déstabiliser, mais son regard ne manqua pas de traduire toute son inquiétude à son sujet.

Elle aurait aimé le prendre dans ses bras pour l'aider à vider son sac ou, le conseiller ... ce n'était cependant pas le rôle qu'elle avait le droit de tenir. C'était le rôle d'une maman, et celle de Clive -la seule qu'il reconnaissait, à son grand dam- n'était hélas plus là.

Après dîner, le jeune garçon s'excusa puis alla s'enfermer dans la bibliothèque, comme il le faisait tous les soirs : néanmoins, après une petite dizaine de minute, il finit par se raviser et revint s'asseoir à côté de sa mère adoptive, tenant dans ses bras une vieille édition d'Oliver Twist. Cette initiative surprit favorablement la vieille femme, car c'était bien la première fois que Clive consentait à passer une soirée non loin d'elle, même si c'était pour lire et non lui parler. Elle fut d'autant plus surprise que s'il commença effectivement à lire sans mot dire, il releva finalement la tête pour l'observer de ses grands yeux noirs.

-«Dis Constance... »

-«Oui ?»

Il sembla hésiter quelques instants, mais le sourire de la milliardaire finit par le convaincre de continuer. Son visage prit une légère teinte rosée.

-«Pardon pour tout à l'heure. Je n'ai pas fait exprès de te frapper.»

-«Je sais Clive... et ce n'est pas grave. Regarde moi, j'ai assez de graisse au niveau du ventre pour survivre à n'importe quel coup.»

Elle ponctua cette phrase d'un petit clin d'œil, et parvint à arracher au garçon un sourire réellement amusé, le premier qui lui était adressé. Il lui semblait reconnaissant de ne pas insister pour parler de sa crise de panique et de ses parents, et s'autorisa à se décrisper un peu, tapotant négligemment le livre qu'il avait sur ses genoux.

-«Pourquoi tu n'as jamais eu d'enfants ?» demanda t-il, faisant pour la toute première fois montre de curiosité à son égard. «Tu ne pouvais pas ?»

-«Je ne m'en suis pas donnée le temps... et je n'ai pas trouvé la personne avec qui fonder un foyer. C'est idiot n'est ce pas ?»

-«C'est dommage surtout.»

-«Dommage ? Pourquoi donc cette réflexion ?»

Une fois encore, il hésita une petite minute avant de poursuivre.

-«Parce que tu n'es pas ma maman, mais je pense que tu aurais fait une bonne mère. C'est tout.»

Puis, sans un mot de plus, il retourna à sa lecture

Le cœur de Constance loupa un battement quand elle réalisa que ces mots étaient tout simplement ceux qu'elle avait besoin d'entendre.
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Invité le Ven 12 Nov - 3:00

Voilà j'espère que ça va vous plaire! Very Happy

Auteur: Reiri-L
Thème: Cravate


--Le soleil se levait. Un léger rayon de soleil passait par la fenêtre dont les rideaux n’étaient pas vraiment clos. Luke ouvrit doucement les yeux, et se mit à regarder le plafond. Quelque chose lui trottinait dans la tête, quelque chose qu'il semblait avoir oublié mais il ne savait plus quoi… Quand soudain, pris par la surprise, il se souvint. Vite, il bondit de son lit, couru vers la porte de sa chambre et sortit.
Il voulait se faire le plus discret possible, mais manque de chance, le sol grinçait à réveiller un sourd. Le jeune homme ne se laissa pas décourager, et ralentit la cadence devant la chambre du professeur qui dormait encore. Enfin arrivé devant celle de Flora, il toqua pour être sur de ne pas trop la déranger. Il entendit la voix fatiguée de la jeune fille qui semblait assez contrariée de s’être fait réveiller à sept heures du matin…

--Couchée dans son lit, Flora fut surprise de voir Luke débarquer dans sa chambre à une heure si matinale.
-Qu’est-ce qu’il y a Luke ? Demanda-t-elle d’une voix éraillée.
-Chut ! Ne parle pas si fort ! Lui répondit Luke l'index sur les lèvres. Tu vas réveiller le professeur !
-En tout cas toi ça ne t’as pas dérangé de tambouriner à ma porte…
-Alors, toi aussi tu avais oublié ?
-Mais oublié quoi enfin ! Parle ! Dit-elle agacée par tout ce suspens.
Le jeune homme attrapa le calendrier qui trônait sur le bureau de Flora. Il lui montra une date, entourée en rouge.
-Nous sommes le 18 avril aujourd’hui…
Elle montra de grands yeux ronds. Effectivement, elle aussi avait oublié…
-L’anniversaire du professeur ! S’écria la jeune fille. J’avais complètement oublié que c’était demain !
-Ce n’est pas le pire, fit Luke, le pire, c’est que nous n’avons pas de cadeau !
Le jeune garçon commença à faire les cent pas dans la chambre, tandis que Flora, assise sur le bord de son lit, réfléchissait la tête dans ses mains.
-Nous n’avons qu’à regarder dans les magasins aujourd’hui, finit-elle par dire, après le grand silence qui avait régné dans la pièce.
-Mais tu sais bien que le professeur n’aime pas nous laisser nous balader seuls dans Londres !
-On trouvera bien une excuse. On aura qu’à improviser.
-Je ne sais pas si…
-Ça vaut le coup d’essayer. le coupa-t-elle.
Ils se mirent tout deux d’accord. Luke sortit de la chambre de Flora pour aller se recoucher.
Il arriverait peut-être à réfléchir dans ses rêves…


--Le professeur lisait le journal quand les enfants descendaient pour prendre leur petit-déjeuner. Ils n’étaient cependant pas très naturels : Ils souriaient tous les deux bêtement, et étaient plus que gentils avec le professeur. Celui-ci sut tout de suite qu'il y avait une bonne raison à tout cela.
-Hem… Voudriez-vous par hasard me demander quelque chose les enfants ? Demanda le professeur, un petit sourire dessiné sur son visage.
Luke rougissait. Il n’avait toujours pas trouvé d’excuse, et détestait mentir à son mentor bien-aimé. Après tout, c'est pour lui qu'il faisait tout ça, ce serait mentir pour une bonne cause...
-Euh... Flora et moi voudrions...
-Faire les courses! Ajouta soudainement la jeune fille.
-Oui c'est ça! Et nous souhaitons nous y rendre seuls.
-Et pourquoi ça? Dit Layton, toujours le sourire aux lèvres.
-Parce que les sacs sont trop lourds, finit par dire Luke, vous avez besoin de vous reposer.
-Très bien, c'est d'accord. Mais je veux que vous fassiez trèès attention à vous.
-Oui, c'est promis professeur! Fit Flora avec enthousiaste.
Les enfants avalèrent leurs petits-déjeuner en un temps record, et sortirent en hâte de la maison. Le professeur, sirotant une tasse de thé, se mit à rire. Il savait parfaitement ce qu'ils allaient faire en ville. Il savait bien qu'ils allaient lui trouver un beau cadeau, mais ce qu'il redoutait le plus, c'était le fait que ce soit Flora s'occupe du gâteau...

--Tu vois, Luke, je n'ai pas menti au professeur pour les courses! Nous allons lui acheter un cadeau, plus les ingrédients pour la tarte que je vais lui préparer! Dit la jeune fille.
-Tu sais Flora, ça ne sera pas nécessaire, je m'en suis déjà occupé, il est inutile de t'embêter...
-Ah bon?
-Oui, j'ai demandé à la voisine de préparer son gâteau préféré, comme ça, tu n'auras pas à t'en occuper!
-Qu'est-ce que tu insinues? C'est bizarre que tu te donnes tant de mal pour que je n'aie pas à faire la cuisine.
-Euh... Regarde le magasin là-bas! On pourrait y faire un tour? Dit Luke pour détourner la conversation.
C'était un magasin qui vendait diverses choses, toutes aussi fascinantes les unes que les autres. Luke fut particulièrement attiré par un livre sur les animaux, montrant des photos et leurs caractéristiques particulières. L'attention de Flora se fit sur un petit miroir de poche, aux bords dorés qui reflétaient parfaitement sa beauté naturelle. Mais ils furent vite désintéressés. Ce n'était pas pour eux qu'ils venaient, c'était pour le professeur.
Ils cherchaient quelque chose qu'il n'avait pas. Sûrement pas de livres, il en avait tellement! Une paire de chaussures? Non, ils ne connaissaient pas sa taille et ne connaissaient pas ses goûts dans ce domaine.
"Que prendre, que prendre...?" se disait Luke dans sa tête.
-Flora, je me souviens que le professeur aura une conférence importante la semaine prochaine. Est-ce que tu vois à quoi je pense?
-... Mais oui! C'est une excellente idée ça Luke! Tu es un génie!
La jeune fille embrassa le garçon sur la joue, qui changea aussitôt de couleur.
Les enfants passèrent à la caisse, et sortirent du magasin. Restait plus qu'à cherchait le gâteau. "Espérons que le professeur sera content..." pensait Luke.

--Layton était fièrement assis lors de la conférence. Le cadeau qu'il avait eu des enfants lui a énormément plu. Simple et élégante, cette cravate rouge lui seyait à merveille.
Même le gâteau était bon! Le visage soulagé que montraient les enfants lorsqu'il leur a dit qu'il aimait leur cadeau le faisait encore sourire. "Qu'ils sont mignons parfois!"











Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Ven 12 Nov - 7:07

Très très sympathique résultat, Reiri, mais il y a quelques fautes de style à corriger. Si tu veux je t'envoie ça par MP que tu vois ce qu'il y aurait à changer (c'est à dire pas grand chose mais c'est toujours bon à savoir), mais sinon je suis impressionnée. Je ne m'attendais pas à un si bon résultat vu ton âge ! Shocked
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Azerty Uiop¨ le Ven 12 Nov - 7:16

Touts vos texte sont vraiment super! J'aime beaucoup!

J'aimerai bien participer: le n°87 (barque) me tente bien! Je le prend!
avatar
Azerty Uiop¨
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !
Tueuse de Tablettes de chocolat innocentes et pures qui ne mérite que la mort !

Messages : 1114
Date d'inscription : 29/08/2010
Age : 21
Localisation : Supercalifragilisticexpialidocious!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  gladice le Ven 12 Nov - 7:38

Wouaw ! 3 textes à la suite ! Et tous super en plus ! Eh ben ! Encore bon courage pour les participants et futurs !
avatar
gladice

Messages : 134
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 19
Localisation : A bord du Bostoniuus avec Desmondounet! :DD

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mama le Ven 12 Nov - 8:28

Woah Mamane, j'adore ton texte !
Les relations entre Clive et Constance sont très intéressantes, et ça fait plaisir de voir ces deux personnages dans une fanfiction, pour la première fois d'ailleurs !
J'aime aussi beaucoup le tien Reiri-L, dans un autre genre que celui de Mamane, mais très sympa ! J'imagine bien la dernière scène, Layton tout fier avec sa cravate !
Je pourrais prendre le thème 81 : Menuiserie ?
avatar
Mama
Vétérane de l'antique forum qui fait penser à Bohemian Rhapsody car Mamaaaa Ouhhouhouuuu !

Messages : 1723
Date d'inscription : 30/08/2010
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Ven 12 Nov - 8:31

Il est tout à toi Smile
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Invité le Ven 12 Nov - 8:50

Merci beaucoup! Je prendrais bien le thème "Fils" encore si tu veux bien Mamane! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Mamane le Ven 12 Nov - 9:02

Il est à toi.
avatar
Mamane
Sherlock "Fuckin'" Salomon, amatrice du Docteur et des barbes soyeuses

Messages : 1400
Date d'inscription : 29/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://leprofesseurlayton.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défi : Layton Tab 100

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum